Pensez à vous inscrire à la lettre d’information  pour recevoir les nouvelles publications du site ! 

 « Le geste est né, une évidence réflexe. Elle lève la main droite, un poing, déplie le doigt, le majeur, et elle brandit. Fort et haut. Raide. Elle bande. De son bras et de son

doigt. D’honneur. »

« Elle déteste qu’on lui fasse peur, surtout qu’un homme lui fasse peur. L’homme sort de sa voiture, hurle : « Recommence ». Elle recommence. Il la gifle brutalement. Ce n’est pas la première fois que la femme rencontre la violence. Pourquoi un tel geste ce matin-là, devant le lycée où elle enseigne ? Quelles en seront les conséquences ? « 

9782246824114-001-T

Ces deux minutes figent le temps et la vie, un point de saturation a été atteint. Pourquoi la violence encore et toujours dans la vie de cette femme ? A qui s’adresse ce doigt d’honneur ?

Il est question d’une prof qui a reçu des coups, d’une institution qui en donne beaucoup mais aussi d’une enquête sur soi : ce geste réprouvé socialement va révéler une violence ancienne et intime.

Parler, avouer est une étape, mais l’émotion est insuffisante pour une réelle émancipation,  la littérature est un lieu de pensée, créateur et libérateur.

Penser la violence, la peur, le féminin, penser la famille, l’école, penser la vulnérabilité du corps enfantin abîmé. Ecrire pour comprendre la fabrique de soi, de ses soumissions pour s’en délester, abandonner les impostures, celles qui effraient, celles qui rassurent et enfin trouver sa joie.

L’esprit de sérieux et la déploration sont détournés au profit d’un registre qui va chercher les marges du rire et des larmes.

Le livre veut aussi (et surtout) déplier la genéalogie  d’un geste dans une quête littéraire : trouver une forme, une langue, une composition pour dire le réel. Théâtre, essai, roman, récit, j’ai pris tout ce dont j’avais besoin pour élucider avec une jubilation têtue ce qui m’échappe et m’écrase.

Je veux la littérature parce que je l’aime, alors il me faut lever ce doigt non pour l’honneur mais pour la dignité à être.

Dalie Farah

Dalie FARAH a Paris le 18 decembre 2018

Dalie FARAH a Paris le 18 décembre 2018 © Philippe Matsas

https://www.youtube.com/watch?v=FcR1MQOXjY4

9782246819417-001-T1579254312-IMPASSE-VERLAINE-COUV-9782379130779--Bandeau

Impasse Verlaine, raconte deux enfances, et un lien.

L’enfance d’une petite Berbère dans les montagnes des Aurès et celle de sa fille à Clermont-Ferrand.

J’ai voulu raconter la force, la douleur, la violence, la complexité du lien entre une mère et sa fille, j’ai écrit à  partir de ma matière biographique mais aussi de vies de femmes  rencontrées. J’avais envie d’une course, que le lecteur puisse revivre cette pulsion de vie qu’est l’enfance.

J’ai essayé de faire un livre tendre et drôle avec une matière qui ne l’était pas.

Ce roman ne témoigne de rien, il n’a pas de message. Il n’y a pas d’héroïnes, ni de modèles édifiants,  le roman veut juste dépeindre deux vies minuscules, ce qui les fabrique, ce qui les constitue, ce qui les blesse.

Ce roman raconte aussi un amour profond, essentiel, vital : celui des mots capables pour la mère, de changer le réel et pour la narratrice, de le réenchanter.

On est la mère et la fille qu’on peut, c’est l’idée.

Dalie Farah

Dalie Farah-121119N&B (c) Mickaël Mussard0005

© Mickaël-Mussard

« Pour moi, raconter c’est enquêter, c’est déplier le réel pour en observer toutes les aspérités. Le souvenir apparaît souvent lisse, menteur, caressant, oublieux, lacrymal, injuste parfois ; l’écriture peut briser ou compenser cela, la littérature a la puissance de la complexité, de la vérité, de la douleur juste et de l’ironie tendre, c’est pour cela qu’écrire est bon, qu’écrire me rend joyeuse, heureuse, entière. » Pour en savoir plus sur l’écriture, les choix narratifs et stylistiques du roman… c’est ici, interview de la revue Project’îles par Magali Dussilos et Nassuf Djailani. 

https://revueprojectiles.com/2020/08/02/pour-moi-raconter-cest-enque

ter-cest-deplier-le-reel-pour-en-observer-toutes-les-asperites/

Types d’interventions

  • Ateliers d’écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d’écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire

Bio et conditions d’intervention : http://plumesdailesetmauvaisesgraines.fr/bio-de-dalie-farah/

Lieu de vie : Clermont-Ferrand (63)

Contact : dalie.farah@gmail.com

https://www.facebook.com/Dalie-Farah-officiel-209364389953885/notifications/

 

Plumes d’Ailes et Mauvaises Graines est un concept qui veut décrire le projet d’une association culturelle, collaborative et citoyenne dont l’objectif est de promouvoir la nuance. Malgré la fin de l’association, le site perdure et peut donc diffuser des textes écrits par ceux qui le désirent. Plumes d’ailes, c’est l’utopie, et mauvaises graines, la résistance.

Le numéro 3 de la revue Plumes d’Ailes et Mauvaises Graines, à télécharger et à lire gratuitement

THEME : LITTERATURE(S) ET CINEMA

première de couv

Le numéro 1 de la revue Plumes d’Ailes et Mauvaises Graines, à télécharger et à lire gratuitement

THEME : LITTERATURE(S) ET MUSIQUE

couvDalie4web1A télécharger ici : plumes-et-mauvaisesgraines

Le numéro 4 de la revue Plumes d’Ailes et Mauvaises Graines, à télécharger et à lire gratuitement

THEME : LITTERATURE ET MIGRATIONS

première1

Le numéro 2 de la revue Plumes d’Ailes et Mauvaises Graines, à télécharger et à lire gratuitement

THEME : LITTERATURE(S) ET CUISINE

Cuisines-Litteratures-HD-1

This is Photoshop’s version of Lorem Ipsum. Proin gravida nibh vel velit auctor aliquet.
Aenean sollicitudin, lorem quis bibendum auctor, nisi elit consequat ipsum, nec sagittis sem nibh id elit.
Duis sed odio sit amet nibh vulputate cursus a sit amet mauris. Morbi accumsan ipsum velit. Nam nec tellus a odio tincidunt auctor a ornare odio. Sed non mauris vitae erat consequat auctor eu in elit.