Open/Close Menu
Dalie Farah et d'autres plumes d'ailes et mauvaises graines

pépite à relire : ce que j’appelle oubli de Mauvignier

332936

En 2009, un homme vole une bière dans un supermarché de Lyon et pris sur le fait, il est battu à mort par les vigiles. En 2011, Mauvignier écrit Ce que j’appelle oubli.

Le livre est un tour de force stylistique : une seule phrase qui fait le roman.

C’est lisible et illisible.

C’est puissant, martelé et rend la violence dans son absurdité et sa mécanique fatale.

J’ai beaucoup aimé le rythme, le propos, l’écriture minutieuse du fait qui va rendre compte des hasards malheureux du malheur.

A relire, en apnée, en 2019 où les bancs se hérissent de pics pour ne pas accueillir le honteux fessier des pauvres.

Dalie Farah

Intégration: Lysiakrea.com