Open/Close Menu
Plumes d'ailes
&
Mauvaises graines
Paroles, voix et cultures citoyennes

Nous, les femmes !

femme

WE CAN DO IT

Les grilles du tribunal pourraient leur faire un diadème à ces princesses du non, à ces reines de la protection des femmes. Elles s’agrègent les unes aux autres, un sourire, une accolade, une connivence qui n’est pas ordinaire. Dans son T-shirt rouge, Karine fronce les sourcils, elle aurait aimé voir une foule. Sur le T-shirt, une femme brandit le poing et son slogan. Une autre arrive, elle est en retard, souriante comme cet étrange soleil de décembre qui nous aveugle. Je les regarde, une par une, et j’ai envie de m’incliner devant elles. Cheveux épars, lâchés, maquillage discret, chaussures de sport, de randonnée, escarpins, visage gainé de colère et d’amour.

Il y a ces hommes aussi, debout avec les femmes, blousons noirs, sourire franc, fiers de grossir la petite cohorte de femmes venues dire NON, venues combattre l’injustice. Un journaliste de FR3, presque goguenard, arrive, monte le pied de sa caméra, un autre de France Bleu, le visage d’un enfant triste, tend son micro. Karine parle. Elle parle et ne récite pas. Elle dit les femmes avec énergie, avec une colère mêlée de désespoir. Puis sa voix monte quand elle décrit les corps outragés, elle donne les chiffres de la souffrance subie par les femmes parce qu’elles sont femmes. J »aperçois un jeune homme portant un serre-tête, jupe et manteau, sa barbe naissante ne contredit pas la belle féminité de son visage maquillé.  A ce moment là, Karine explique le silence et la peur de Jacqueline Sauvage pendant 47 ans. A ce moment-là, je retiens un sanglot et je ne suis pas la seule. Le visage de plusieurs femmes se crispe, des regards se voilent. Elles ont souffert, et elles ont eu peur elles aussi.

Elles n’étaient que cinquante mais elles étaient des milliers car elles ont apporté leur histoire devant les grilles du Tribunal de Clermont-Ferrand, pour mieux défendre ces femmes sans histoires qui souffrent dans le silence.

Je les ai aimées ces femmes et je les aimerai encore à chaque fois qu’il me sera offert de les rencontrer.

Dalie Chrifi Alaoui

Pour signer la pétition de demande de grâce présidentielle : https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-accordez-la-gr%C3%A2ce-pr%C3%A9sidentielle-%C3%A0-jacqueline-sauvage?recruiter=17194202&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_facebook_responsive&utm_term=des-lg-share_petition-no_msg&fb_ref=Default

Le féminisme est un humanisme comme un autre, ne luttons pas contre lui parce que le pouvoir donné aux femmes fait peur à la société. Faisons passerelle entre tous les humanismes. Aimons le féminisme et les féministes, parce qu’elles portent la voix des silencieuses.

Intégration: Lysiakrea.com