Open/Close Menu
Dalie Farah -"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'histoire"

Mediapart- « On se prend au jeu avec Dalie Farah, qui entend mettre en lumière les vies minuscules sans jamais cacher leurs faiblesses. Elle y parvient, avec délice et acuité.  » 6.05.2019

TIRE_TA_LANGUE_06_ILLUSTR_0

Antoine Perraud et Faïza Zerouala

Il ne faut pas se fier aux pseudonymes et à leur signification. L’écrivaine Dalie Farah a choisi d’accoler, au diminutif de son prénom Dalila, une épithète trompeuse, celui de « Farah », qui signifie « la joie » en arabe.

Joyeuse et pétillante son écriture l’est. Indéniablement. Néanmoins, ce premier roman s’avère souvent douloureux et infuse une sourde violence. Ce qui n’empêche pas l’humour, distillé grâce à un impeccable sens de la formule. La plume de l’auteure s’aventure dans toutes les transgressions et se rit avec distance des violences familiales, ou de ce Dieu aux abonnés absents.

L’auteure, Dalie Farah, agrégée de lettres qui enseigne à la fois dans un établissement professionnel et en classes préparatoires scientifiques à Thiers, dans le Puy-de-Dôme, vient de publier chez Grasset son premier roman : Impasse Verlaine, du nom de la rue qui l’a vue grandir à Clermont-Ferrand.
Attention pourtant – et l’auteure insiste –, il ne s’agit pas d’une autobiographie déguisée sous le commode terme de « roman », mais plutôt d’une composition de plusieurs histoires et anecdotes glanées de part et d’autre de la Méditerranée.

Il est question ici d’une famille algérienne, dans sa version la plus intime, la plus nue et vraie aussi, sans artifice. Ce récit réjouissant, jamais larmoyant, livre une exploration sans fard de la relation complexe entre une mère, dénommée Vendredi, et sa fille. La première ne sait pas aimer la seconde.

L’auteure, pour tisser ce récit familial, cultive une écriture pointilliste. Le gel capillaire dont la narratrice se sert pour aplatir ses cheveux et ne pas « avoir une tête d’Arabe » est de marque Vivelle Dop. Le cadeau apporté par « le père Assedic » pour Noël est le jeu Docteur Maboul, lui-même fabriqué par MB. La mère, rongée par son hypocondrie, se bourre de médicaments divers. La liste dressée dans le roman donne le tournis : « Lasilix. Zyprexa. Novatrex. Prozac. Codéine. Cortancyl. Effexor. Cytocec. Voltarène. Aspégic. Advil. Xanax. Maalox. Ixprim. Forlax. Lumirelax. Lexomil. Depakote. »

On se prend au jeu avec Dalie Farah, qui entend mettre en lumière les vies minuscules sans jamais cacher leurs faiblesses. Elle y parvient, avec délice et acuité. Dans ce vrai-faux retour sur son enfance, elle écrit : « Je sombre dans la littérature pour noyer ma déception, pour saisir la fatalité d’être et j’écoute ma mère qui invente le réel ; je sais désormais qu’inventer c’est aussi dire la vérité… »

https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/020519/dalie-farah-ecrire-cest-transposer-dans-la-joie

Intégration: Lysiakrea.com