Open/Close Menu
Plumes d'ailes
&
Mauvaises graines
Paroles, voix et cultures citoyennes

Le téléphone rose

téléphone rose

Le téléphone rose 

Dessapt Bastien

Fervel Tristan

Malroux Erwan

Perrin Patrick

 

La chambre avait une odeur de renfermé. Au milieu, il y avait un lit usé.  La pièce était à peine éclairée par une petite fenêtre à droite de l’entrée. Le désordre était partout. A côté du lit, on pouvait observer une table de nuit où trônait un ancien téléphone que l’on pouvait trouver sur le marché.

Elisa la propriétaire de cette chambre était une femme grande et mince.  Son visage était, lui aussi, assez fin.  Elle portait les cheveux courts et ses yeux étaient noirs et profonds ce qui lui donnait un air sérieux d’autant plus que ses cernes étaient profondes.  Son petit nez et ses lèvres fines lui donnaient un air faible qui contrastait avec son air sérieux. Sa poitrine n’était pas très développée et ses bras étaient tatoués ; ses longues jambes la rendaient frêles. Tout d’un coup, le téléphone posé sur la table de nuit se mit à sonner. Elle répondit à l’appel. C’était un homme qu’Elisa avait appelé en vain. Il avait la voix grave et lui demanda si elle pouvait venir cher lui pour lui faire quelque chose de spécial. Aussitôt qu’il avait fini sa phrase, Elisa raccrocha et se mit en route.

Elisa sortit dans la rue.

C’était une rue déserte, il n’y avait aucun passant. Les maisons étaient plutôt sombres mais la rue au contraire étaient lumineuse. Quelques voitures passaient de temps à autres, mais elles étaient quasiment les seules choses à animer la rue.

« J’espère que ce n’est pas trop loin » se répétait-t-elle. Soudain un vacarme retentit, comme une sorte de plaque en métal qui tombait par terre, elle vit sortir un rat suivi d’un chat.

Elisa continua de marcher dans cette rue qui s’assombrissait au fur et à mesure de ses pas. Un coup de tonnerre retentit et une pluie battante commença à s’abattre sur elle.

Elisa courut sous le bord des maisons pour être un minimum à l’abri. Elle continua son chemin pendant quelques minutes jusqu’au moment où elle tomba sur une maison différente des autres, elle était rouge, rouge-sang. Sans même vérifier l’adresse elle savait que c’était sa destination.

Elle sonna à la porte….Une fois….Deux fois….Elle toqua et commença à crier « il y a quelqu’un ? » A ce moment-là, la porte s’ouvrit avec fracas, un bras la saisit et la tira dans la maison jusque dans le salon. Elle s’écria en repoussant l’homme : « Mais pourquoi vous avez fait ça !? » L’homme répondit « Il faut que cette rencontre se fasse discrètement, suivez-moi ». L’homme était assez grand, il avait les cheveux bruns qui dépassaient de son chapeau, un long manteau noir, des Redskins neuves qui ne devaient pas être accessibles pour tout le monde, à son poignet, une belle montre dorée. Pas de doute, c’était l’homme qu’elle avait eu au téléphone.

Ils entrèrent dans une chambre assez sombre, sur le lit des pétales de roses et une bouteille de champagne, l’homme dit à Elisa : «Mettez-vous à l’aise.» Elle enleva son manteau trempé puis elle alla se changer dans la salle de bain juste à côté et se mit dans la nuisette où elle était la plus sexy. Pendant qu’elle se changeait, l’homme se déshabilla également. Quand elle revint dans la chambre, l’homme était en caleçon sur le lit. Elisa s’allongea juste à côté…. Elle commença à lui caresser la cuisse puis elle remonta vers le caleçon, l’homme l’embrassait dans le cou. Elisa l’excita pendant un moment puis elle lui dit « j’ai oublié quelque chose dans la salle de bain » elle revint dans la chambre, elle s’approcha de lui pour commencer à l’embrasser et caressa sa gorge avec l’objet, l’homme gémit puis cria très fort.

Il ferma les yeux, l’homme était mort.

Elisa essuya son couteau prit son téléphone qui se trouvait sur la table de nuit et appela quelqu’un, elle lui dit : « c’est bon la cible est éliminée » On lui répondit : « très bien, je te fais ton virement, je te donnerai ta prochaine cible plus tard par message. »

Intégration: Lysiakrea.com