Des châteaux qui brûlent : ce que l’on oublie, c’est que dans l’Iliade, beaucoup d’hommes pleurent et doutent du combat.